Le Progrès Paroles

Georges Brassens

Paroles Le Progrès

Paroles de Le Progrès Que le progrès soit salutaire, C'est entendu, c'est entendu. Mais ils feraient mieux de se taire, Ceux qui disent que le presbytère De son charme du vieux temps passé n'a rien perdu, N'a rien perdu. Supplantés par des betteraves, Les beaux lilas! les beaux lilas! Sans mentir, il faut être un brave Fourbe pour dire d'un ton grave, Que le jardin du curé garde tout son éclat, Tout son éclat. Entre les tours monumentales Toujours croissant, toujours croissant, Qui cherche sa maison natale Se perd comme dans un dédale. Au mal du pays, plus aucun remède à présent, Remède à présent. C'est de la malice certaine, C'est inhumain! c'est inhumain! Ils ont asséché la fontaine Où les belles samaritaines Nous faisaient boire, en été, l'eau fraîche dedans leurs mains, Fraîche dans leurs mains. Ils ont abbatu, les vandales, Et sans remords, et sans remords, L'arbre couvert en capitales De noms d'amants. C'est un scandale! Les amours mortes n'ont plus de monuments aux morts, Monuments aux morts. L'a fait des affaires prospères, Le ferrailleur, le ferrailleur, En fauchant les vieux réverbères. Maintenant quand on désespère, On est contraint et forcé d'aller se pendre ailleurs, Se pendre ailleurs. Et c'est ce que j'ai fait sur l'heure, Et sans délai, et sans délai. Le coq du clocher n'est qu'un leurre, Une girouette de malheur. Ingrate patrie, tu n'auras pas mes feux follets, Mes feux follets. Que le progrès soit salutaire, C'est entendu, c'est entendu. Mais ils feraient mieux de se taire, Ceux qui disent que le presbytère De son charme du vieux temps passé n'a rien perdu, N'a rien perdu.